Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 14:21
P1160831
 
Un vent de liberté souffle au CENTQUATRE pendant la saison 2012/2013 qui vient d'être lancée.
 P1160838
I am Free...
 
P1160832
 
P1160825
 P1160827P1160829
 
 
 
 
Liberté d'écraser ou de laisser pourrir des pommes...
 
 P1160843
Yoann Bourgeois y participe, pour la joie des enfants, grands ou petits.
Repost 0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 13:56

Super, il fait un temps de cochon presque tous les jours  à Paris. Que de bonheur : le petit nombre de touristes bravant un simili d’automne dans les rues et les parcs m’est par conséquent supportable.

P1140727

 

 P1140725

 

Après les deux chèvres et les animaux d’AHAE aux Tuileries, la rencontre avec les cochons de Wim Delvoye dans les appartements de Napoléon III au 1er étage de l’aile Richelieu du Louvre se déroule ainsi dans  l’air du temps.

 P1140675

 P1140696

 P1140693

On y découvre d’autres objets d’art, plus sophistiqués, insolites et artistiques les uns que les autres. Le visiteur doté de l’âme de Sherlock Holmes pourra les découvrir comme dans un jeu de piste et oubliera les saisons et le temps, fut-il de cochon.

 P1140671

 P1140687

P1140689

 

P1140710P1140711

 

P1140702

 

Repost 0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 12:35
P1140944
Suivons le regard du Coréen AHAE à travers la fenêtre qu’il a recréée au jardin des Tuileries.
P1140933
 P1140936
P1140970
Les curieux ne se précipitent pas en foule au pavillon abritant la belle exposition gratuite.
 P1140947
L’artiste a acheté le terrain côté couchant de sa maison pour qu’aucune construction  ne puisse troubler sa vue. Des années durant il observa attentivement au moyen d’une cinquantaine d’appareils photo le paysage en toutes  saisons, le scrutant jusqu’au  plus petit détail.
 P1140954
Sa fortune personnelle lui a permis ainsi d’être au premier loge et de réaliser ensuite des tirages photos dignes des grands maîtres de l’art.
 P1140164
 
P1140949
 
 
Étant oh combien plus pauvre que lui, j’ai dû accepter un bâtiment qui bouche l’horizon qui m’était devenu familier. Mon regard n’a pas changé.
 ahae
 
Repost 0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 16:10

Le CENTQUATRE à Paris avait invité ses fans à l’accrochage d’une œuvre majeure.

P1140576

 

Cependant, aucun visiteur n’a pu observer l’action de levage, ni la fixation. Par mesure de  précaution, soi-disant, à la fois pour la sécurité des curieux et la protection du chef-d’œuvre fragile, la manutention se fit à huis clos.

 

Je découvris donc de loin un grand lustre.

 P1140577

 

Le zoom me montra les détails qui me laissèrent perplexe : je voyais des tampons hygiéniques o.b. introuvables en France, mais disponibles en Allemagne dès les années 1950.

 P1140579

 P1140578

 

Public et organisateurs semblaient pensifs…

 P1140586

 

La marque est présente en Suisse, comme on peut le voir sur son site :

 

« o.b. est une marque de tampons hygiéniques commercialisée en Suisse par l'entreprise Johnson & Johnson AG, filiale du groupe international du même nom. Lancée sur le marché allemand en 1950 par Carl Hahn à qui elle doit son nom (o.b. est le sigle de l'expression allemande "ohne binde" signifiant "sans bande"), notre marque est propriété du groupe Johnson & Johnson depuis 1974. Notre gamme de produits comprend les tampons o.b. classiques, o.b. Procomfort et o.b. Flexia, pour la plus grande satisfaction de millions de femmes dans le monde. »

http://www.clipeco.ch/o-b/video-pub-film-spot/entreprise-marque-suisse/tampon-hygienique/ob-flexia/v2

 

Ni le site suisse, ni aucun autre de Johnson & Johnson ne font référence au lustre de Joana Vasconcelos. L’artiste indique pourtant avoir bénéficié du mécénat de Johnson & Johnson, sans préciser si le groupe international lui a fait cadeau des 20 000 tampons sous leur emballage d’origine.

http://www.joanavasconcelos.com/info_en.aspx?oid=616

 

Le CENTQUATRE n’apporte pas plus de précisions.

 

 

http://www.104.fr/programmation/evenement.html?evenement=150

 

àVersailles, la création ambigüe ne trouva pas grâce aux yeux des commissaires qui refusèrent de l’accrocher dans la Galerie des Glaces, où ils présentent actuellement un escarpin construit à partir de casseroles…

 

Au fait, la création ne s’appelle pas « Lustre », mais A Noiva [The Bride, La Fiancée] – allez comprendre, en attendant l’accrochage d’autres articles hygiéniques…

 

Article écrit pour Ileana...

 

Repost 0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 12:14

La première des nouvelles lunes en 2012 inaugure l’année chinoise du dragon.

À chaque Nouvel An, tous les espoirs et spéculations sont permis, se transmettent sous forme de cartes de vœux et d’horoscopes.

 P1110062

 

Les dragons font partie de l’imaginaire des hommes, depuis la nuit des temps. L’un des plus célèbres a disparu du parc de la Villette.

Il n’est pas le seul et quelques curieux se sont penchés sur la question pourquoi les dragons n’existent plus :

 

Créé dans les années 70, le Dragon de la Villette fut rénové une première fois en 1989. La livraison d’un nouveau spécimen conforme aux normes européennes était prévue en mars 2010 pour un coût total de 850 000 €.

« Faute d'argent, les employés d'Isotec, qui exercent leur droit de retrait depuis le 6 mai 2010, ne pourront honorer cette commande de 10 mètres de long en alu pour la Cité des Sciences et de l'Industrie du Parc de la Villette. »

http://www.dailymotion.com/video/xd9pil_chambly-sauvons-le-dragon-de-la-cit_newsIl

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=4MUflwxB7UA

L’internaute souffre aujourd’hui d’autres disparitions, relatives  aux droits d’auteurs : « Cette vidéo contient une piste audio dont l'utilisation n'a pas été autorisée par WMG. Le son a par conséquent été désactivé. »

 

Par chance, le son du documentaire diffusé par ARTE n’a pas été coupé. Il s’agit d’un reportage sur le Musée des dragons :

http://www.youtube.com/watch?v=bFx5yDIbLh8&feature=related

Les téléspectateurs sont tombés dans le piège, comme dans celui intitulé « Opération lune ».  Quelques rares observateurs ont compris la supercherie :

« Excellent "vrai-faux" documentaire : Reimsbourg n'existe pas; le son est de trop bonne qualité sur la partie "1938"; le personnage est très à l'aise pour un "savant" des années 1930 avec son look 18e  siècle; enfin l'image de la tombe à la première minute du documentaire fait un peu trop "Dracula".

« Très bon documentaire tout de même, même s'il s'agit d'un gag »

2e partie :

http://www.youtube.com/watch?v=7tRE1HlMoO0&feature=related

 

« Oui, je me souviens avoir vu cette émission sur Arte: très intéressant de voir comment un "scientifique" arrive à se convaincre lui-même de l'existence réelle de ce mythique animal, en plein 20e  siècle... »

 Dragon

 

Dragons et chinoiseries sont une aubaine pour journalistes et amateurs d’insolite. Paris se met à l’heure chinoise, plus facile que de comprendre les Chinois. « C’est du chinois » signifie en France le plus souvent incompréhension. Mais à Beijing, y a-t-il la réplique correspondante : « C’est du français pour moi », lorsqu’on ne saisit pas le sens d’une phrase ? Chez nous, l’affirmation « J’ai rencontré un Asiatique » est souvent soulignée d’un geste expressif ; avec deux doigts, l’orateur mime les yeux bridés. A-t-on vu un homme d’Asie tirer sur la paupière inférieure, afin de simuler l’Européen par l’arrondissement des yeux ? J

 P1070869

L’initiation à une culture étrangère passe par la nourriture et surtout par l’écriture et la lecture. À ce sujet, la révolution culturelle chinoise – qui mérite bien son nom - fut fondamentale. Elle transforma radicalement  l’idéographie par la simplification des caractères, le changement du sens de l’écriture : on écrivait désormais en lignes de gauche à droite, en rupture totale avec une pratique millénaire.

 

La meilleure initiation à la culture et l’écriture chinoise est donnée par Cyrille J.-D. Javary dans « 100 mots pour comprendre les Chinois », chez Albin Michel 2008.

 hsin niän hao - bonne année

Le mot du jour : Hsin nian hao ! Bonne année !

 

  

Anne-Marie -玛丽 (ān mǎ lí )


                                                                                                            
              ,                                                     @@                                      
             .@@@                                                +@@@@@                                     
               @@@                                      :@@  @@@@@+,:@@+                          ,+@@@*    
                :@                                  ,@@@@@:         ,@@                     .*@@@@@@@@@@@   
                      :                            @@@@@            :@:              :*@@@@@@@@#+:,         
                  +@@@@@.                             @@      @#    #@           @@@@@@@*.                  
        ,@  .#@@@@+.  @@@,                            @@       @#   @@                                      
        @@@@@:       ,@@.                             #@       @+   @@                                      
        @@           @+                               *@       @    @+                   *    @. .*@@@      
       @@:   :       ,                                @@@@@   ,@    @              .*,:@@@@:  @@*:  #@@     
       @@    @@                                    +@@@@:     *@    @               @#.   @:  :@     @      
       @     @@                                     : +@      @+    @ :#@@          @,    @   ,@     @      
             @@                 @@@@@@@@@@@@@@        :@      @  +@@@@#*@@@,        @,    @    @     @      
            .@    @@ .+@@@@@@:  @@@@@@@@@@@@@@        :@     @@@@#       @@@        @,    @    @     @.     
            @@.*@@@@@@@@@@@@@@                        :@     @@          @@:        @ .   @    @ @@  @:     
        :@@@@@@#:.@@                                  :@:@:              @@         @ :@# @    @ :@: @+     
  @@@@@@@@:+@     @@                                  @@@                @@         @  +@ @    @  .: @*     
   @@*,    @:    +@,                                *@@*       ,*@@@@@@  @@         @     @   .@     @#     
          .@@,   @@                             :+@@@@,  *#@@@@@@@*:..,  @@         @     @   :@     @*     
            #@@:@@                               @@@@     @@+,           @@         @     @   #@     @*     
              @@@@                                +,                    *@*        ,@     @   @@     @+     
              @@@@@@                                                    @@         +@  @#@@   @*    :@.     
             @@  .@@@@                                              +  +@@         ,@   @@@   +:  ,@@@      
           @@*     #@@@:                                             @@@@+          :    @:         @@      
        +@@.         @@@                                              @@@                :          @+      
                      @@@                                             @@                                    
                       .+                                             :                                     
                                                                                                            
                                                                                                            

 

 

Repost 0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 14:48

Le jardin des Tuileries à Paris porte le nom du château détruit il y a 140 ans par la Commune.

En venant de la pyramide du Louvre, le promeneur cherche du regard d’éventuels vestiges. Aucune trace n’est décelable sur les ailes du musée. Aujourd’hui, heureusement, une plaque renseigne de nouveau sur l’origine et l’emplacement.

 P1100769

 P1100773

Une bande de gazon matérialise l’endroit.

Il serait néanmoins difficile de reconstruire mentalement les images de l’époque, si « Connaissance des arts » n’avait pas fourni d’excellents documents et explications dans une vidéo :

http://www.connaissancedesarts.tv/video-les-plans-de-l-agence-d-architecture-du-louvre-et-des-tuileries-2054.html

 

Une partie de l’ancien château érigé à l’initiative de Catherine de Medicis a été reconstituée en Corse. Il s’agit du château de la Punta, propriété de Jérôme Pozzo di Borgo.

 

Depuis le 1er juin 2011, on peut en admirer une arcade dans la cour Marly au musée du Louvre.

http://www.artmediaagency.com/16808/une-arcade-du-palais-des-tuileries-au-louvre/

 

Au mois d’août, une partie du jardin des Tuileries était fermé au public.

P1050663

 

P1050662

 P1060611

P1080832

 P1070679

P1080835

  

Fin décembre, l’arcade se dresse en souvenir, non loin de l’accès au pont au Carrousel.

 P1100736

P1100741

 

 

 

Repost 0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 18:39

Unicorn, Licorne, Einhorn – c’est l’animal légendaire qui figure aussi sur une tapisserie célèbre au Musée de Cluny à Paris.

http://www.musee-moyenage.fr/homes/home_id20393_u1l2.htm

À Offenburg, une jolie sculpture orne une vieille pharmacie et il doit y avoir encore d’autres exemplaires dans le monde.

Cet après-midi, un avis de recherche placardé dans une vitrine de la rue des Abbesses m’interpella : « Licorne perdue, Récompense, Si vous la trouvez… »

P1090313

 

L’affiche me rappela  la rencontre avec deux dames au jardin des Tuileries qui étaient venues spécialement pour voir la Licorne, œuvre de Yona Friedman prévue pour une exposition dans le cadre de la FIAC à l’extérieur. Aucun détective n’aurait pu trouver l’animal fabuleux, le galeriste Kamel Mennour ne lui avait simplement pas trouvé de place.

P1080557

Un détour sur Internet permet de découvrir la Licorne de Yona Friedman, dont voici une copie d’écran.

Licorne

L’œuvre est en effet surdimensionnée pour les Tuileries.

http://geo.culture-en-limousin.fr/La-Licorne-de-Vassiviere-Licorne

Cependant, un autre artiste exhiba pour la galerie Kamel Mennour  un Unicorn au Grand Palais.

 Licorne FIAC

L’affiche à Montmartre qui éveilla de nouveau mon intérêt pour la bête unicorne, a-t-elle un quelconque rapport avec Friedman, la FIAC et les autres  cornus ? Il s’agit probablement d’un hasard que l’avis de recherche fut lancé à Paris peu de temps après le déroulement de la Foire Internationale d’Art Contemporain. À moins que ce ne soit une nouvelle démarche artistique pour laquelle le créateur ne fait que lancer une idée sur Internet et sollicite les photographes et vidéastes pour la réalisation de son projet.

Il est encore temps d’y participer :

http://www.missingunicorn.com/information.html

http://www.missingunicorn.com/sightings.html

 

Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 18:56

L’art se consomme frais, de préférence le jour du vernissage. Après la date limite d’exposition, il devient produit périssable.

 Tony Cragg avait égayé le Louvre avec quelques sculptures à partir du 28 janvier 2011, la dernière fut enlevée le 25 octobre 2011, bénéficiant d’une prolongation en raison des difficultés de démontage.

P1080788

 

Adrián Villar Rojas s’était interrogé : « Que restera-t-il après la fin du monde, après la fin de l'art ? ». Mardi 25 octobre, ce ne fut que la fin de la FIAC, pas vraiment apocalyptique.

P1080799

 

P1080801

L’œuvre immense finit dans une décharge. J’en ai conservé quelques débris pour les ranger avec un bout de l’emballage de Christo et des fragments de la coupole créée, puis détruite par Hugo Bonamin.

P1080805

 P1080802

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1080841

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1080807

         P1080810

 

L'artiste n'a pas assisté à la destruction de son œuvre.

D’autres créations succombèrent au même sort, au même moment.

P1080821

L’art actuel se perd dans l’oubli.

 

 P1080819

 

 

 

 

 

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 12:38
La FIAC hors les murs du Grand Palais m’amuse moins cette année que les éditions précédentes. Tout est plus conventionnel, clairsemé, artistes déjà vus.
 P1080408
Deux garçonnets furent du même avis : « Trop facile, cette sculpture ».
P1080411
 
Cependant, certaines sculptures font voir les paysages habituels sous d’autres facettes, assez ludiques. Elles arrivent à pixelliser la place Vendôme, par exemple.
P1080515
 FIAC 2011
À l’entrée du jardin des Tuileries, des visiteuses me demandèrent, si j’avais vu « La Licorne » qui figurait sur la liste des œuvres exposées.
 P1080557
Non, je n’avais pas remarqué la bête et me mis à mon tour à sa recherche. Était-elle cachée derrière ce voile ?
P1080357
 Finalement des gardiens me renseignèrent : « Son installation était prévue en effet, mais finalement elle a été placée ailleurs dans Paris ».
 P1080489
Sans regret, sous un ciel merveilleusement beau, j’ai prolongé ma promenade jusqu’à à la Bourse du Commerce.
P1080587
 Le vigile voulait que je range mon appareil de photo, sur quoi je lui rétorquais qu’en tant qu’anarchiste, je me moque des interdits. À l’entrée du salon éphémère, personne ne me fit payer 10 € - je devais avoir ma tête de VIP.
Ce fut un plaisir de rencontrer des galeristes venus de pays divers ; aux Allemands et aux Suisses, j’ai demandé laquelle de leurs œuvres exposées illustrait le mieux l’humour allemand. Pas facile d’y répondre.
P1080609P1080606
Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 11:31
2000 curieux de tout âge et d’horizons socioculturels variés ont assisté à l’ouverture de la nouvelle saison artistique au Centquatre, le 14 septembre 2011.
P1070481
Les attractions de la soirée ravirent le public. Numéros de cirque, DJ et vidéos, théâtre, installations donnaient un bel aperçu des programmes à venir.
P1070138
Personne ne pouvait rester insensible à la «Danse avec une pelle mécanique », exécutée par Philippe Priasso, sur la chorégraphie de Dominique Boivin.
 P1070267
 
José Manuel Gonçalvès, sans se donner du répit, a enchainé tout de suite après l’inauguration saisonnière avec de nouveaux spectacles. Les démontages, les nouvelles installations ont été suivis tout au long par les jeunes et moins jeunes habitants du quartier et des visiteurs extérieurs qui traversent quotidiennement la nef, s’y installent aussi pour boire ou manger, pour lire, faire du shopping ou pratiquer leur art populaire. La culture n’est plus réservée à une élite, tous y participent librement.
La vision du « Monolithe »  créé par Lawrence Malstaf  intriguait depuis le début.
  P1070500
Quelques heures avant le vernissage, j’ai eu la chance de rencontrer l’artiste et l’équipe des « Accueillants ».  Ces derniers sont au nombre de 25, ils sont chargés d’accompagner les spectateurs payants lors de la découverte intimiste des œuvres. José Manuel Gonçalvès en personne prit soin d’initier son équipe à la compréhension des artistes et leur indiqua la démarche à suivre : pas plus de 10 personnes à la foi pénétreront à l’intérieur du cabinet noir et l’une après l’autre s’allongera sous le cylindre de verre dans lequel des collisions d’assiettes procurent une sensation surréaliste. Le circuit les conduit dans un autre cabinet, où chacun doit s’assoir une minute pour ressentir le message du créateur…
 
Contrairement à la soirée inaugurale, ici le spectateur devient acteur.
  P1070520
  P1070532
  P1070488
Au Centquatre, la culture ne devient pas seulement accessible, elle rend accro !
  P1070306
 
 

P1070120

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Anne-Marie
  • : Blog réservé à mes amis.
  • Contact

Rechercher

Catégories