Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 18:56

L’art se consomme frais, de préférence le jour du vernissage. Après la date limite d’exposition, il devient produit périssable.

 Tony Cragg avait égayé le Louvre avec quelques sculptures à partir du 28 janvier 2011, la dernière fut enlevée le 25 octobre 2011, bénéficiant d’une prolongation en raison des difficultés de démontage.

P1080788

 

Adrián Villar Rojas s’était interrogé : « Que restera-t-il après la fin du monde, après la fin de l'art ? ». Mardi 25 octobre, ce ne fut que la fin de la FIAC, pas vraiment apocalyptique.

P1080799

 

P1080801

L’œuvre immense finit dans une décharge. J’en ai conservé quelques débris pour les ranger avec un bout de l’emballage de Christo et des fragments de la coupole créée, puis détruite par Hugo Bonamin.

P1080805

 P1080802

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1080841

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1080807

         P1080810

 

L'artiste n'a pas assisté à la destruction de son œuvre.

D’autres créations succombèrent au même sort, au même moment.

P1080821

L’art actuel se perd dans l’oubli.

 

 P1080819

 

 

 

 

 

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 20:47
Les Puces font leur cinéma jusqu’au 13 novembre.
 P1080049
La soirée inaugurale fut particulièrement brillante. Écaillers, traiteurs, sommeliers satisfirent tous les goûts, les fleuristes, décorateurs, comédiens, musiciens, danseurs avaient créé le décor hollywoodien.
 P1080062
P1080059
Dans les allées et sur petits et grands écrans, le spectacle fut permanent. Marchands et clients avaient endossés les costumes de films célèbres et jouaient leurs rôles avec élégance.
P1080101P1080125P1080160
 P1080109
P1080259
Les Puces ont souvent été la vedette de cinéma, un joli montage des meilleurs moments en rappela les souvenirs. Ainsi, dans les années ’70, le marché hétéroclite était fréquenté par des chineurs convaincus qu’ils allaient dénicher à vil prix un tableau de maître qui se vendrait cent fois le prix négocié.
P1080114
À l’époque, il y avait des dizaines de petits métiers qui pourraient bien revivre en temps de crise, notamment celui de ramasseur de mégots. Les restes de cigarettes collectionnés étaient ensuite dépouillés des filtres et du papier, le tabac fut vendu pour quelques sous. Avec la hausse du prix des cigarettes en 2011 et en 2012, cette niche commerciale pourrait de nouveau être occupée…
 
Le chiffonnier lui aussi faisait ses petites affaires, car un bout de tissus est bien utile pour nettoyer, faire briller ou confectionner des carpettes.
 P1080142
De cette histoire, il n’y a plus trace dans les marchés Vernaison, Biron, Serpette et Dauphine est trop récent pour l’avoir vécue. Les Puces de Saint-Ouen s’orientent vers le triste sort du Village Suisse : goudronné, aseptisé, mondialisé qui ne se distingue en rien du Louvre des Antiquaires.
 
À une exception près : entre la Porte Montmartre et Saint-Ouen, la misère des fouilleurs de poubelles attire quelques chalands. Les biffins y sont de plus en plus nombreux. En 1970, ils avaient leur contremaître qui leur imposait sa loi, en 2011, ce sont des agents de ville qui attribuent les places avec parcimonie et contre présentation d’une pièce d’identité. Les vendeurs de week-end non régularisés sont refoulés par les CRS plusieurs fois par jour.
Mais ce marché de la survie ne participe pas aux Cinépuces, « Sous le patronage de Monsieur Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication ».
P1070872
Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 12:38
La FIAC hors les murs du Grand Palais m’amuse moins cette année que les éditions précédentes. Tout est plus conventionnel, clairsemé, artistes déjà vus.
 P1080408
Deux garçonnets furent du même avis : « Trop facile, cette sculpture ».
P1080411
 
Cependant, certaines sculptures font voir les paysages habituels sous d’autres facettes, assez ludiques. Elles arrivent à pixelliser la place Vendôme, par exemple.
P1080515
 FIAC 2011
À l’entrée du jardin des Tuileries, des visiteuses me demandèrent, si j’avais vu « La Licorne » qui figurait sur la liste des œuvres exposées.
 P1080557
Non, je n’avais pas remarqué la bête et me mis à mon tour à sa recherche. Était-elle cachée derrière ce voile ?
P1080357
 Finalement des gardiens me renseignèrent : « Son installation était prévue en effet, mais finalement elle a été placée ailleurs dans Paris ».
 P1080489
Sans regret, sous un ciel merveilleusement beau, j’ai prolongé ma promenade jusqu’à à la Bourse du Commerce.
P1080587
 Le vigile voulait que je range mon appareil de photo, sur quoi je lui rétorquais qu’en tant qu’anarchiste, je me moque des interdits. À l’entrée du salon éphémère, personne ne me fit payer 10 € - je devais avoir ma tête de VIP.
Ce fut un plaisir de rencontrer des galeristes venus de pays divers ; aux Allemands et aux Suisses, j’ai demandé laquelle de leurs œuvres exposées illustrait le mieux l’humour allemand. Pas facile d’y répondre.
P1080609P1080606
Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 11:31
2000 curieux de tout âge et d’horizons socioculturels variés ont assisté à l’ouverture de la nouvelle saison artistique au Centquatre, le 14 septembre 2011.
P1070481
Les attractions de la soirée ravirent le public. Numéros de cirque, DJ et vidéos, théâtre, installations donnaient un bel aperçu des programmes à venir.
P1070138
Personne ne pouvait rester insensible à la «Danse avec une pelle mécanique », exécutée par Philippe Priasso, sur la chorégraphie de Dominique Boivin.
 P1070267
 
José Manuel Gonçalvès, sans se donner du répit, a enchainé tout de suite après l’inauguration saisonnière avec de nouveaux spectacles. Les démontages, les nouvelles installations ont été suivis tout au long par les jeunes et moins jeunes habitants du quartier et des visiteurs extérieurs qui traversent quotidiennement la nef, s’y installent aussi pour boire ou manger, pour lire, faire du shopping ou pratiquer leur art populaire. La culture n’est plus réservée à une élite, tous y participent librement.
La vision du « Monolithe »  créé par Lawrence Malstaf  intriguait depuis le début.
  P1070500
Quelques heures avant le vernissage, j’ai eu la chance de rencontrer l’artiste et l’équipe des « Accueillants ».  Ces derniers sont au nombre de 25, ils sont chargés d’accompagner les spectateurs payants lors de la découverte intimiste des œuvres. José Manuel Gonçalvès en personne prit soin d’initier son équipe à la compréhension des artistes et leur indiqua la démarche à suivre : pas plus de 10 personnes à la foi pénétreront à l’intérieur du cabinet noir et l’une après l’autre s’allongera sous le cylindre de verre dans lequel des collisions d’assiettes procurent une sensation surréaliste. Le circuit les conduit dans un autre cabinet, où chacun doit s’assoir une minute pour ressentir le message du créateur…
 
Contrairement à la soirée inaugurale, ici le spectateur devient acteur.
  P1070520
  P1070532
  P1070488
Au Centquatre, la culture ne devient pas seulement accessible, elle rend accro !
  P1070306
 
 

P1070120

Repost 0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 10:01
à  31 ans, l’Argentin Adrián offre aux Parisiens ses "Poems for Earthlings".
  P1060917
C’est une sculpture éphémère, géante, qui sera détruite à la fin de l’exposition.
  P1060923
Par cette œuvre, le jeune artiste voudrait interroger l’humanité : « Que restera-t-il après la fin du monde, après la fin de l'art ? »
 
  P1060821
 
  Montage
Un garçon de 4 ans interpella sa mère : « Regarde maman, c’est une grande colonne renversée » - il avait spontanément compris.
  Géant
C’était le jour du vernissage, jeudi 8 septembre, bien qu’aucun vernis ne fût appliqué à l’imposante structure. Les différentes pièces avaient été préfabriquées à Saint-Denis, puis assemblées aux Tuileries. La sculpture est trop monumentale pour Saint-Germain-des-Prés ou d’autres lieux qui reçoivent habituellement les œuvres primées par la fondation de Sandra et Amaury Mulliez.
  Détails
L'artiste et son oeuvre
 
P1060943
Belle illusion d'optique : le support à gauche est beaucoup plus haut que celui de droite - allez vérifier sur place !
 
 
 
 
Son Excellence, l’Ambassadeur d’Argentine, honora l’événement de sa présence, il fut cependant ignoré par les preneurs d’images, s’intéressant davantage à l’Institut Français…
  Vernissage
Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 12:31
Voyageurs, nomades, étrangers, métèques : nous le sommes tous sur cette terre qui nous accueille très temporairement, souvent de manière inhospitalière.
 
 
Repost 0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 19:56
La canicule et Paris sans eau : impensable !
Durant les vacances, les citadins ont pu goûter en alternance aux eaux tombant d’en haut ou coulant à leurs pieds. Inutile de voyager jusqu’à Marienbad, les joies balnéaires se trouvent chez nous aux arrêts de bus.
Bien avant l’appellation contrôlée « Château Chirac », Parmentier écrit en 1787 :
« L’eau de la Seine puisée à quelques distances des bords, soit qu’on nous l’apporte par les fontaines publiques, soit par les pompes à feu, ou quelques machines hydrauliques établies sur la rivière, a un caractère de bonté, de salubrité, qu’il seroit bien à désirer, pour le royaume et pour le genre humain, que toutes les eaux qui couvrent la surface du globe possédassent à ce degré. Ce n’est donc point à tort que les Parisiens se regardent comme favorisés par la nature, s’ils ne tarissent jamais sur les éloges de la Seine. »
Or cinq ans plus tard il devint nécessaire d’augmenter l’approvisionnement en eau des Parisiens. Aussi, le 29 floréal de l’an X (19 mai 1802) la construction du canal de l’Ourcq fut-elle décrétée. La date au nom poétique laissa augurer d’une fleurissante prospérité de la capitale.
P1050892
Le choix du fleuve à domestiquer s’est déroulé également sous une bonne étoile. La rivière Ourcq, n’a-t-elle pas comme affluent le Ru du Paradis ?!
Last but not least, elle prend sa source au-dessus de la Capitale mondiale de la poésie à 2 mi-mots, i.e. à Fère-en Tardenois :  
"La poésie à 2 mi-mots est un procédé d'une simplicité désarmante : il consiste simplement à couper les mots d'un trait horizontal. Chacune des deux moitiés de mots obtenues est contenue dans un autre mot, ou plusieurs autres mots".
« Une plaque commémorative a été posée sur le portail d'entrée de l'hôtel de ville de Fère-en-Tardenois, plaque matérialisant un poème à 2 mi-mots : lettres / écrites (dans lettres, il y a la moitié de écrites » -N.B. : il est plus joli de s’exprimer par deux mi-mots que de couper des cheveux en quatre…
De la source de l’Ourcq à la source de la citation :
L’Ourcq est donc une rivière parisienne qui se mue après le bassin de la Villette en Canal Saint-Denis et Canal Saint-Martin pour se jeter dans la Seine ; au passage, son eau aura alimenté les fontaines et nettoyé les rues.   
P1050838
 
Insatiables, les Parisiens ne se contentent pas de dévier l’Ourcq, ils pompent aussi les eaux de la Marne pour augmenter le débit du Canal de l’Ourcq :
 P1050862
A quelques mètres de la Marne se trouve l’usine Élévatrice d’où monte un escalier vers le Canal de l’Ourcq.
P1050879
 
D’en haut, au bord du canal, vue plongeante sur la Marne
P1050888
 
Les guinguettes ne sont pas loin.
P1050967
 
L’œil averti redécouvre la nature :
 
Repost 0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 21:50
Il était une fois les Halles. Ne parlons pas de celles qui se terminèrent par l’exode des rats au printemps 1969, mais de celles bouchant un trou en 1979.
 DSC01146
Le trou avait laissé de si bons souvenirs, surtout cinématographiques, que sous les ors de l’Hôtel de Ville il fut décidé en 2004 de le creuser à nouveau.
1973
 
Les architectes du Viaduc des Arts auront la mission de le recouvrir, et tout recommencera jusqu’à la prochaine fois.
La démolition de nos souvenirs a pris du retard et ce n’est qu’au printemps 2011 que les agencements  les plus amusants – le terrain d’aventures avec « piscine » à boules notamment – furent transformés en champ de ruines.
 P1050685
 
 
Il était dit que la canicule estivale rende inutile les parapluies, on plie donc ceux de Willerval dès le 16 août.
 
P1050761
 
 
Des barricades ont été dressées contre le Forum de Vasconi dont les jours sont comptés, mais ce compte à rebours ne prendra fin qu’en 2015, si tout va bien… Imaginons si nous avions à gérer en parallèle la construction des sites olympiques pour 2012 …
On peut toujours imaginer, rêver, mais la réalité décevra tous.
 
 
  P1050759
 
Pour faire accepter le projet de transformation des Halles, les décideurs ont évoqué la sécurité à renforcer impérativement. Eh bien, elle est fortement détériorée par le chantier : des pierres et des eaux de pluie tombent  sur la Place Carrée, les gouttes sont collectées dans des seaux décorés de pelouse factice…
 P1050719P1050722
 
 P1050726
 
  P1050702
 
 
  P1050687
Repost 0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 18:19
P1050454
 
Chic, il va encore pleuvoir ! Un été pluvieux est bien plus insolite que la « belle saison » avec trop plein de soleil.
 
Les Parisiens se préparent ainsi en douceur à l’arrière saison à laquelle ils s’habituent depuis deux mois.
 P1050505
 
 
 
Le changement climatique intervenant d’habitude le Quinze Août ne tombera cette année plus comme une douche froide, on a vu mieux le 5 août à Montmartre.
 
P1050503
 
 Météo 2009
 Telle en 2009 fut la question rituelle aussi cette année.
Les prévoyants ont fait décorer leur salon – au cas où : un joli trompe-l’œil, et c’est comme si l’on passe de la chambre à la Promenade des Anglais.
P1010043
 Les gamins, eux n’ont pas besoin de chercher un ersatz des plaisirs de la plage : à l’abri au Skatepark, ils vivent d’intenses plaisirs :
 

Les moins sportifs peuvent toujours se refugier dans les catacombes ou les salles de musées

 P1050430

 

Un artiste avait prévenu : il vaut mieux assortir le maillot de bains d’un douillet manteau d’hiver.

 P1020152

Les fans de l’arrière-saison auront été avertis par un caricaturiste de ce qui les attend :

Arrière saison

 

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 20:39

Heureux qui comme un chat en août goûte aux mille et un plaisirs à Paris.

  P1050486

Familles entières et leurs commerçants ont largué les amarres pour s’entasser ailleurs sur les plages, laissant derrière eux la ville au calme, au luxe et à la volupté.

  P1050528

 

  P1050549

  P1050149

Au  Grand Bleu, les hommes en rose évoquent les galères auxquelles ils viennent d’échapper à Beaulieu, à Menton et Monaco : quelle chance de s’attabler devant les délices de la mer sans réserver.

 

  P1050567

    P1050569P1050561

  Grand Bleu

  P1050572

    P1050553

 

 

 P1050428

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Anne-Marie
  • : Blog réservé à mes amis.
  • Contact

Rechercher

Catégories