Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 23:03

La période se prête à la réflexion sur notre rapport au soleil, au firmament.


 

Le 21 décembre prochain, à 18 h 47 heure de Paris, débutera la nuit la plus longue de l’année. Ensuite, les jours rallongeront lentement jusqu’à la fête de la musique… L’homme, à l’instar des ours, devrait entrer en hibernation dans l’hémisphère Nord.

 


Pourtant, dans la nuit du 21 décembre, des milliers d’ampoules basse consommation et quelques millions d’anciennes transformeront l’obscurité en jour – l’homme civilisé a peur du noir. Le ciel sera à peine visible derrière l’écran lumineux formé par la pléthore d’éclairages, inutiles pour la plupart. La pollution lumineuse progresse en Europe de 6 % par an, de 21% dans le monde. 1000 insectes par heure se font griller par les réverbères. La nuit devenue blanche perturbe le sommeil et la reproduction des êtres vivants.

 

Cet éclairage artificiel ne remplacera pas celle du soleil qui protège des carences en vitamine D. La lumière électrique trouble les biorythmes, les cycles hormonaux. Si elle se diffuse dans des spectres blancs ou bleus, elle provoque une impression de froid, ce qui incite les noctambules à se serrer davantage dans leurs manteaux et les familles au foyer d’augmenter le chauffage. Les éclairages bleutés sur les lieux de travail stimulent les cadences, génèrent du stress.


 

L’heure est aux économies d’énergie, à la mode verte. Le consommateur manipulé par Philips, Osram et GE remplace toutes ses ampoules incandescentes par les nouvelles à basse consommation. Internet foisonne de littérature prouvant que les économies réalisées sont plus fictives que réelles.

 

Un bricoleur allemand poussant sa conscience écologique à l’extrême vient de remplacer la petite ampoule dans son réfrigérateur par un nouveau modèle à basse consommation ; il doit maintenant laisser la porte un bon moment ouverte en attendant l’allumage… 

 

Les importations d’ampoules basse consommation en provenance de Chine progressent. Pour l’instant, aucune loi n’empêche l’importation de matières contenant du mercure. En revanche, le règlement européen du 26/02/2009 (2008/C 52 E/01) interdit à l’Union Européenne d’exporter du mercure ou des déchets contenant du mercure. Les ampoules mortes de Chine nous resteront sur les bras. Elles représentent un danger majeur, bien décrit dans le règlement européen applicable partout dès le 1er juillet 2011 :

 

 

(1) La menace notoire que représentent les émissions de mercure pour la planète justifie une action aux niveaux régional, national et mondial.

 

(2) Conformément à la communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil intitulée «Stratégie communautaire sur le mercure», il est nécessaire de réduire le risque d'exposition au mercure pour les êtres humains et l'environnement.

 

(3) Les mesures prises au niveau communautaire doivent s'inscrire dans l'effort mondial visant à réduire le risque d'exposition au mercure, notamment dans le cadre du programme sur le mercure élaboré par le Programme des Nations unies pour l'environnement.

 

Face au danger réel, il est à prévoir que l’UE interdira à court terme non seulement l’exportation, mais surtout les importations de mercure. 

 

Alors, ce sera fini de nos ampoules basse consommation, nous nous retrouverons dans le noir !

Tant mieux, cela fera peut-être réapparaître la voie lactée…








Si vous ne voulez pas aggraver le risque de développer des cancers, d’avoir des problèmes oculaires et cérébraux (Alzheimer), gardez les ampoules à incandescence qui sont d’ailleurs inscrites dans le patrimoine culturel mondial par l’UNESCO !























S’il vous reste un léger doute, consultez les consignes à respecter en cas de casse :

 

http://www.osram.fr/osram_fr/OSRAM_le_groupe/Developpement_durable/Mercure/index.html

Les traces de mercure inhalées restent 20 ans dans le corps humain.

Un article du FIGARO précise :

Ces ampoules contiennent effectivement entre 2 et 5 mg de mercure. Quant à l'impact des ondes, les autorités assurent «faire une veille». Beaucoup se plaignent aussi de leur mauvaise qualité : elles claqueraient en quelques mois. Et puis, il y a l'aspect esthétique, de l'ampoule comme de son éclairage. «C'est pénible de choisir parce que c'est tellement moche», se lamente Paul, designer de lampes, qui aimerait pouvoir concilier son sens artistique et sa conscience écolo.

Sachant que la lumière du jour en plein soleil équivaut à une température de couleur de 5 000 kelvins, la plupart des « fluos » affichent un indice au-delà de 6 000 kelvins, soit l'équivalent de la lumière dégagée par un ciel nuageux ! A comparer avec les 2 500 kelvins des lampes à incandescence.

L'Asie, notamment la Chine, produit l'essentiel des fluo-compactes, souvent sous la bannière du néerlandais Philips, le numéro un mondial, qui a réussi à imposer « sa » technologie. Les deux autres grands du secteur, l'allemand Siemens (marque Osram) et l'américain General Electric (GE) sont à la peine, comme en témoignent les suppressions de postes annoncées dans l'usine alsacienne d'Osram.

http://www.lefigaro.fr/societes/2009/06/29/04015-20090629ARTFIG00256-baisse-de-salaire-ou-licenciement-chez-osram-.php

 

 

Des consommateurs européens veulent faire condamner la Commission pour « coups et blessures » : la loi interdisant la production des anciennes ampoules en Europe porterait atteinte à la santé humaine.

D’autres pourraient s’adresser à la Cour des Droits de l’Homme : Osram et les autres mettent délibérément la vie des ouvriers chinois en danger…

 

Un jeune homme s’étonne : La belle de tous ses désirs vient de décliner l’invitation à un diner aux ampoules basse consommation…  Pourtant, la dernière fois, elle fut prête à accepter un diner aux chandelles…








































Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Anne-Marie
  • : Blog réservé à mes amis.
  • Contact

Rechercher

Catégories