Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 20:53

Motivée par la réception d’une photo chinoise imitant Gabrielle d’Estrées et sa sœur au bain, je me suis rendue au Louvre par ce merveilleux dimanche. Entrée gratuite, accès immédiat, arrivée sans détour dans l’aile Richelieu, je souriais à mes vieilles connaissances, immortalisées par l’École de Fontainebleau II.

http://lenaweb.site.voila.fr/gabrielle_d_estrees.htm

 Gabrielle d'Estrées

Le souvenir de Gabrielle ne serait peut-être pas parvenu à la postérité, si la belle n'avait pas été la maîtresse d'Henri IV :

Henri IV

Le tableau représentant Gabrielle et sa soeur n’est pas le seul à avoir  été copié d’innombrables fois.

La Joconde est certainement l’un des plus célèbres. Le sourire énigmatique exposé derrière des vitres blindées est un original, me jurent ses gardiens. Tous les deux mois, un mardi, il est décroché de son cadre et passé aux rayons X, comme tous les autres tableaux – un vrai boulot de Sisyphe.


Joconde
Admettons que Mona Lisa soit authentique, tel n’est pas le cas de toutes les peintures exposées dans l’un des plus grands musées du monde. Les conservateurs ne s’en cachent pas : le portrait d’Anne d’Autriche serait une vieille copie d’après Rubens. Par mesure de précaution, le couronnement de Napoléon a été copié, lui aussi. Je ne sais pas si c’est au château de Versailles que se trouve le premier ou bien si c’est au Louvre.


P1140056

Autre model souvent imité :

Belle avec plumes


Les copistes et copieurs sont nombreux. Quelques artistes modernes  revendiquent ouvertement le droit à l’inspiration, au plagiat, à la copie, voire comme Warhol,  à  la production en série.



Michel Paysant
prolonge la réflexion sur les copies avec une installation actuelle dans ce temple de l’ancien, donnant par là un coup de jeune au conservatoire encyclopédique. 

MP
 
D’autres artistes contemporains– dont l’Allemand Anselm Kiefer et Pierre Soulage - exposent leurs visions dans l’endroit où n’entrait aucun peintre postérieur au milieu du 19e siècle, sans approbation des Beaux Arts.  Aujourd’hui,  d’heureuses initiatives  tissent des liens entre tradition picturale et art moderne.

Dans son livre « Le Kitsch – l’art du bonheur », Abraham A. Moles a consacré en 1971 d’importants paragraphes à la différence entre création et copie :

« créer […] c’est l’invention, celle de l’artiste ou de l’inventeur, […] producteur de formes ou messages uniques ou en très faible nombre. »

« produire, c'est-à-dire copier un modèle déjà existant d’une façon de plus en plus automatisée… »

Moles souligne : « Consommer est la nouvelle joie de masse, on consomme du Mozart [au fait, cette année, on consomme du Chopin], du musée, ou du plein soleil, on consomme les îles Canaries, on  a fait l’Espagne  en huit jours [ou le Louvre en 30 minutes]. C’est la nouvelle spontanéité par la plus grande part de la société globale. »… 

Le kitsch est bien présent  au Louvre, pas seulement sous forme de reproductions de la Joconde vendues  dans les boutiques sous la pyramide. D'ailleurs, cette pyramide, n'est-elle pas aussi une copie, n'est-elle pas à son tour copiée, y compris par son architecte ? Et moi, je copie tous les matins mon image dans le miroir, mais cela devient de plus en plus mauvais...


P1140171 

Pour terminer, un compliment mérité : tous les gardiens du Louvre sont absolument formidables. Ils connaissent toutes les œuvres, en indiquent spontanément le chemin, sans hésiter, sans se tromper : Bravo à eux tous !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Al 07/03/2010 21:38



Ton reportage est effectivement ravissant et
intéressant sur des registres différents.


 


Dans le rire, j'ai beaucoup aimé Henri IV en
Hercule.


 


Dans le beau, bien sûr le tableau d'Ingres et de la si
belle créature.


 


Et dans le touchant, les gens sur le banc devant la
Joconde (à moins que ce soit devant Napoléon).



Présentation

  • : Le blog de Anne-Marie
  • : Blog réservé à mes amis.
  • Contact

Rechercher

Catégories